Ecolo et Catho !

 Souvent, ici où là, on parle du Pape François, un vague écho ? Quelques bribes des médias, mais avons-nous lu et médité quelques-uns de ses textes. Toute cette année pastorale nous avons lu et échangé dans nos paroisses sur l’exhortation du St-Père : la joie de l’évangile (enseignements et commentaires ici) dans le cadre des samedis de l’Abbaye (Melleray). Sommes nous venus voir et entendre ? En avons-nous entendu parler ? Il reste encore ce samedi 6 juin sur cette thématique. Cette proposition n’est pas pour les autres ! Ces moments orientent la perspective du festival de la joie le 27 septembre prochain. Où en sommes-nous ? De quoi s’agit-il ? D’ici là, ce mois de juin va voir la sortie d’un nouveau texte du pape. Il s’agit de la première encyclique d’un pape totalement consacrée à l’écologie – “naturelle” et “humaine”  – elle est placée sous le signe de son saint patron, François d’Assise. Son titre cite en effet son fameux “Cantique du soleil”: “Laudato sii” – Loué sois-tu!”.

 Une exigence de notre foi

Le pape a récemment évoqué le respect de la création à l’occasion de la Pentecôte, dans son homélie, le 24 mai : « L’Esprit Saint que le Christ a envoyé du Père, et l’Esprit créateur qui a donné la vie à toute chose, sont un seul et le même». Au moment où l’on attend la publication de l’encyclique du pape sur le respect de la Création, ce passage en fait entrevoir le contenu : « Le respect du créé est une exigence de notre foi : le “jardin” dans lequel nous vivons ne nous est pas confié pour que nous l’exploitions mais pour que nous le cultivions et le gardions avec respect. »

Le pape fait aussi observer qu’il n’y a pas de respect de la Création sans renouveau du cœur de l’homme : « Mais cela n’est possible que si Adam – l’homme formé de la terre – à son tour se laisser renouveler par l’Esprit Saint, s’il se laisse remodeler par le Père sur le modèle du Christ, nouvel Adam. »

Un texte du St-Père qui mérite certainement de l’intérêt au moment où la France présidera la 21ème Conférence des Parties de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques du 30 novembre au 11 décembre 2015.

La sagesse d’un vieux paysan

Le St-Père citait, entre autres, l’Amazonie : « Je me souviens – vous avez déjà entendu cela – d’un vieux paysan qui m’a dit un jour: « Dieu pardonne toujours, nous, les hommes nous pardonnons parfois, la nature ne pardonne jamais. » Si tu la gifles, elle le fait aussi. Je crois que nous avons trop exploité la nature: la déforestation par exemple. (…). L’Amazonie est un poumon du monde. C’est un aspect. Et puis, il y a la monoculture. « Les paysans, par exemple, savent que si tu cultives du blé pendant trois ans, tu dois ensuite t’arrêter et faire une autre culture pendant un-deux ans, pour refaire les nitrates de la terre, pour que la terre se régénère. Par exemple, aujourd’hui, chez nous, on ne cultive que le soja et on fait du soja jusqu’à ce que la terre s’épuise. Tous ne font pas cela. Mais c’est un exemple, il y en a beaucoup d’autres. Je crois que l’homme est allé trop loin. ». « Dans la Bible, Dieu a créé deux choses: la Terre et l’homme, le jardin et la personne. Vous ne pouvez pas aimer Dieu sans aimer ce qu’il a créé. (…)

Père Pierre-Yves

 

 

 

Les commentaires sont fermés.