Extrait de l’édito de Mgr JAMES, paru dans la revue « Eglise en Loire-Atlantique » n° 61 de juin 2016

Quelle place prendre dans l’Eglise ?

Le mois de juin est souvent celui des ordinations. Jacky, Alain, et Guillaume sont ordonnés diacres permanents. Jean Baptiste sera ordonné diacre en vue de la prêtrise. Et Hervé sera ordonné prêtre. C’est une joie pour le diocèse.

Le nombre de prêtres diminue ici et ailleurs en France. Cette situation provoque des réactions diverses. Certains plaignent les prêtres surchargés. D’autres les estiment mal répartis. D’autres pensent que les prêtres seront remplacés par les diacres et les laïcs. Il n’est pas bon, d’abord, d’envisager l’avenir du diocèse, seulement par rapport au nombre de prêtres. Cela pourrait conduire à vouloir des prêtres à n’importe quel prix et à entretenir chez certains une mentalité de consommateurs. Il n’est pas bon, non plus, d’entretenir la confusion entre les fonctions dans l’Eglise. Nous apprécions la présence et le ministère des diacres. Pour autant, ni le laïc ni le diacre ne remplacent le prêtre, pas plus que le prêtre ne remplace le laïc ou le diacre. Toutes les vocations sont belles mais ne sont pas interchangeables. Les fonctions dans l’Eglise sont spécifiques et complémentaires. Et certaines, comme celles des prêtres, sont indispensables.

Mais de quels prêtres ? Beaucoup ne demandent pas de prêtres au sens où l’entend l’Eglise. Ils demandent des personnes qui remplissent un rite religieux. Chaque dimanche, dans plusieurs églises du diocèse où est célébrée l’Eucharistie, il y a encore des chaises et des bancs vides. La majorité des baptisés peut participer à l’Eucharistie. Il faut constater qu’elle ne le fait pas. Elle n’en a pas soif. En ce sens, ce ne sont pas les prêtres qui manquent le plus, ce sont les chrétiens. Les trois quarts des baptisés ne sont pas évangélisés. Nous avons besoin de prêtres qui agissent au nom du Christ et, comme Lui, non seulement dans les célébrations, mais aussi en évangélisant avec tous les baptisés. Nous avons besoin de prêtres, pasteurs missionnaires. Nous avons besoin de pères spirituels : ceux-ci accompagnent communautés et personnes, pour discerner les signes de l’Esprit. Par la Parole de Dieu et les sacrements, ils nourrissent les baptisés qui ont des responsabilités dans l’Eglise, ceux qui en ont besoin pour vivre leur foi dans leur profession, leur famille et évangéliser à leur tout.

Notre Eglise en France a moins de moyens. Mais nous ne perdons pas confiance. Nous sommes heureux des prochaines ordinations. Et par notre courage, notre réalisme, notre générosité, nous témoignons que le Christ est notre seule richesse et notre joie.

Mgr Jean-Paul JAMES

Évêque de Nantes

 

Les commentaires sont fermés.