NOTRE CURÉ A REJOINT LA MAISON DU PÈRE

C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris hier le décès brutal du Père Pierre-Yves, notre jeune et dynamique curé. Pendant ces 4 années vécues dans nos paroisses St Clair et St Guénolé, nous avons apprécié son aisance relationnelle avec toutes les générations, son souci d’aller vers tous par ses « visitations » dans les communautés locales, son désir d’unité par l’organisation de pèlerinages annuels, mais surtout son amour de Dieu qui transparaissait dans les belles liturgies qu’il présidait aussi bien que dans les moments de prière improvisés.  Plusieurs d’entre nous ont apprécié sa présence encore jeudi soir lors de la répétition de chants ou de la rencontre KT adultes.

Prions pour lui : comme il le disait dans l’édito de son dernier bulletin « Prier pour les défunts, c’est croire en la promesse de la vie éternelle : « Moi, dit Jésus, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra »( Jean 11, 25).

Prions pour sa famille :  ses parents, frères et soeur, neveux et nièces.

Prions pour ses confrères, pour tous les membres de l’équipe pastorale, secoués par ce départ soudain.

Prions les uns pour les autres, nous les paroissiens de St Clair et de St Guénolé. Faisons nôtres les paroles de St Paul : «  nous sommes dans la détresse, mais sans être angoissés ; nous sommes déconcertés, mais non désemparés ; nous sommes terrassés, mais non pas anéantis. Car, nous le savons, celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera, nous aussi, avec Jésus, et il nous placera près de lui avec vous. » (2ème lettre de St Paul aux Corinthiens chapitre 4)

 La messe de sépulture a été  célébrée mercredi 9 novembre à 10H 30 à l’église de Derval. Une immense foule de prêtres, de paroissiens, d’amis, de relations tissées… l’ont accompagné et ont prié pour sa famille dans un au-revoir empreint d’une grande ferveur mêlée à une émotion très sensible.

Voici le mot d’accueil de Mgr JAMES :

« Le décès subit de Pierre Yves, dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, nous accable tous. Après la stupeur au moment de l’annonce, c’est le chagrin mêlé d’incompréhension. Un prêtre est mort, un prêtre de 44 ans : Seigneur, pourquoi ?  Ton Eglise a besoin de tous ses enfants, mais elle a tant besoin de prêtres. Nous avions tant besoin de Pierre-Yves.

Dans l’épreuve,  nous sentons encore plus la nécessité de nous entourer les uns les autres, de nous manifester les uns aux autres  notre amitié, et d’exprimer d’abord notre affection à la famille de Pierre-Yves : Monsieur et Madame Bugel  ses parents, François, Denis, Marie, ses frères et sœur et ses six neveux et nièces. Nous devinons leur douleur et nous la partageons.

 A Lourdes où je me trouvais, de nombreux évêques, en particulier ceux liés à notre diocèse, m’ont chargé de vous transmettre leur amitié et leur communion dans la prière  : Denis Moutel, Hervé Gaschignard, Emmanuel Delmas, évêque d’Angers qui connaissait bien Pierre-Yves depuis leur rencontre dans le sanctuaire marial de Rocamadour, et le Père Soubrier qui a ordonné Pierre-Yves le 21 juin 2003.

Aussitôt après son ordination, Pierre-Yves est nommé prêtre coopérateur à Vallet, dans la paroisse Saint Vincent des Vignes ; puis, il part en 2007 dans la presqu’ile guérandaise, prêtre coopérateur des deux paroisses Notre-Dame la Blanche et Sainte Anne du Pays blanc, avant d’arriver ici en 2012, curé de St Clair en Pays Nozéen et St Guénolé en pays de la mée. Notre présence nombreuse ce matin ( et je salue avec respect les maires et les élus qui ont tenu à partager notre peine), dit la gratitude que nous avons pour Pierre-Yves : prêtre fraternel et exigeant à la fois, Pierre-Yves avait le souci de belles liturgies bien préparées et bien animées. Homme sensible,  malheureux dans les situations de tension, Pierre-Yves était désireux d’unité, de communion dans les communautés ; il veillait à laisser sa place à chacun dans la vie paroissiale. Et il avait une attention toute spéciale pour les jeunes avec lesquels il a aimé se rendre en pèlerinage, dans les sanctuaires marials, et aux JMJ.

Famille et amis de Pierre-Yves, prêtres de son équipe de vie, prêtres, laïcs en mission ecclésiale, membres des conseils et équipes des deux paroisses qu’animait Pierre-Yves ressentent douloureusement cette mort subite. Ensemble, nous allons nous soutenir   pour essayer de vivre dans la foi un tel événement. Sans doute, nous sommes blessés d’un départ si imprévu. Ne laissons pas cette blessure se décomposer en amertume ou en ressentiment. Mais nous rappelant la foi vivante et heureuse de Pierre-Yves, nous nous tournons vers le Seigneur. Dans son testament, Pierre-Yves écrit : « le ministère paroissial reste l’accent majeur de ma vie sacerdotale, de mon engagement pour l’apostolat près des adolescents.. .Souvent, je dépose cette vie à l’autel du Seigneur qui est toute ma joie.. Il ne faut pas s’approprier les dons et les merveilles de Dieu ».

C’est, pour cela, que nous allons rendre grâce à Dieu,  de nous l’avoir donné comme frère, prêtre et ami. Nous le confions au Christ Seigneur, notre Bon Berger : Que la douce Lumière de ta tendresse et de ta paix l’enveloppe, Seigneur, cette lumière qu’il a reçu de toi, le jour du baptême et que les membres de sa famille déposent sur son cercueil. »

Voici le mot lu par les Laïcs En Mission Ecclésiale :

Cher Père Pierre-Yves,

Au nom de votre équipe pastorale, des 2 équipes d’animation paroissiale, des 2 conseils économiques, de vos paroissiens, nous voulons vous rendre hommage .Comme vos homélies, nous le ferons en 3 points.

Votre mission pastorale;

Vous êtes venu sur nos 2 paroisses en sept. 2012, en disant: ‘j’arrive avec sérénité et enthousiasme  ». L’enthousiasme, vous l’avez manifesté largement…appelant des laïcs pour  la mission. Vous rendant aussi souvent que possible près des enfants du KT et encourageant les catéchistes,…entourant les jeunes de l’aumônerie et leurs animateurs…soutenant de jeunes foyers chrétiens…initiant la catéchèse de jeunes adultes …poursuivant et développant le lien avec les écoles par le dialogue avec l’équipe éducative…

Lors des visitations pastorales dans les communautés locales, vous rendiez les gens heureux de vous accueillir d’une manière particulière ; les acteurs de l’ombre au service du Seigneur se sentaient reconnus et les talents plus en vue étaient valorisés.

Votre relation aux autres

Etre curé de 2 paroisses, vous le disiez, ‘c’est difficile  », car ni l’une ni l’autre ne doivent être lésées de présence fraternelle et de service pastoral. Le tiraillement est continuel. Comment dire alors l’énergie déployée pour parer à cette dureté missionnaire, tout en conservant la sérénité ?? …Votre charisme relationnel allié au souci de la mission vous rendait cependant  attentif et proche de chacun. La simplicité du contact autant que le respect de la personne créaient facilement un lien avec l’Eglise par votre intermédiaire. Il permettait alors à l’un ou l’autre de s’engager, éventuellement, au service de la paroisse, tant sur le plan matériel que pastoral. Vous saviez faire confiance, tout en montrant votre exigence. Il était agréable de travailler avec vous.

Combien vos chers paroissiens, P. Pierre-Yves, veulent vous dire en cet instant leur profonde reconnaissance.

Votre joie rayonnante.

D’où venait-elle ? De votre jeunesse, sans doute !. Mais surtout de votre cœur de prêtre, habité par le désir d’être fidèle à votre appel, selon la parole biblique : »Répandre la bonne odeur du Christ ».(2 Cor.2,15). C’est pourquoi ce qui était mis en œuvre ou développé n’avait qu’un seul but : rendre gloire à Dieu et être un chemin de rencontre avec le Seigneur .Dans ce sens, fleurissement soigné, chants…musique…enrichissaient une liturgie bien préparée…accueil à la maison paroissiale …verre de l’amitié. Service près des familles en deuil. Des malades, personnes âgées…soutien à la solidarité. Pour tout cela vous saviez fréquemment remercier.

On ne peut terminer sans parler de votre  »âme de priant’’. Vous aimiez faire halte spirituelle, comme ces 3 derniers jours passés à Craon. Un éditorial du bulletin d’avril dernier intitulé  »prière d’un prêtre au soir de Pâques’‘ et signé de votre nom a touché bien des lecteurs. Nous retenons les dernières phrases et cela suffira à exprimer mieux que toute votre mission parmi nous.

 »Seigneur, ma prière est pauvre ce soir, mais confiante. Je me souviens qu’être curé, cela veut dire  »prendre soin ». Merci Seigneur pour nos paroisses. C’est Toi, le Pasteur, prends soin de nos communautés.

Alléluia !     


Textes lus lors de la sépulture : Lamentations 1, 16-26 et Luc 24, 13-35

Voici le texte de l’homélie prononcée par le Père Jérôme HAMON :

Comme ils sont beaux ces textes que Pierre-Yves avait choisis il y a quelques années. Comme elle est réconfortante la parole que Dieu veut adresser à chacun d’entre nous aujourd’hui. Avec vous je voudrai aborder trois raisons d’espérer et de nous laisser toucher par la paix qui vient du Seigneur. Ce sont trois notes de musique, prises dans un beau concerto (brandebourgeois) de Bach,  un bel accord qui dépeint si bien votre enfant, votre frère,  votre prêtre et curé, notre  ami. Ce sera la fidélité de la foi, puis l’amour de l’eucharistie, et la joie de la rencontre

« Firma spes ut rupes, l’Espérance ferme comme le roc ». C’est la devise du sanctuaire de Notre Dame de Rocamadour, si cher aux yeux de Pierre-Yves. L’espérance ferme comme le roc….tandis que le Livre des lamentations décrit dans un premier temps les  tourments de  l’âme qui ne compte que sur ses propres forces, pleine d’amertume et  désespérant d’elle-même, avec Notre Dame, nous contemplons la miséricorde de Dieu qui comble le croyant, le décentre de lui-même afin qu’il  reconnaisse son besoin quotidien d’être sauvé : « Dieu viens à mon aide, Seigneur, à notre secours ».  Pierre-Yves, avait une foi profonde et j’allais dire simple,  ce qui rendait souvent ses prises de parole limpides et agréables à écouter ; de même que ses conseils, avisés, et nous en avons profité dans notre équipe de vie ;  sans doute beaucoup parmi vous ont reçu de cette douceur du  regard attentif, et de ce sourire franc et généreux. Cette espérance ferme comme le roc  elle colorait donc la vie de Pierre-Yves. Elle s’enracinait d’une manière particulière dans son amour du Beau car le beau mène à Dieu et sauvera le monde (Dostoïevski) ;  la musique qu’il affectionnait, même s’il n’avait plus trop le temps de jouer de l’orgue…le chant…comme il était très fier des petits chanteurs de Derval !  Dans sa  voiture il y avait toujours une ou deux chasubles qui encombraient son coffre … des ornements, non par esthétisme ou coquetterie (un tout petit peu peut-être… et alors ?) mais parce ce qu’il avait la conviction que  par son sacerdoce le prêtre montre  et signifie bien plus que lui-même ; il avait aussi  le goût d’embellir, de décorer…  ses églises…et son presbytère…qui ne s’est pas extasié devant les beaux rideaux du presbytère de Nozay, en toile de jouy !

« Mane nobiscum domine, reste avec nous Seigneur ». C’est le cri des deux disciples dans l’évangile ; subjugués par les paroles de leur Seigneur qu’ils n’ont pas encore reconnu et qu’ils pensent mort. « Reste avec nous » : c’est douloureux d’entendre ces mots alors que Pierre-Yves est parti. On ne peut pas s’empêcher de dire : « Tu n’es pas resté avec nous ! », toi qui as marché à nos côtés, pourquoi ? « Tu nous manques ». Et notre cœur est triste comme ces deux disciples qui viennent de quitter Jérusalem plein d’amertume …

Cet évangile  nous fait pressentir que Jésus ressuscité vient  rejoindre notre misère et notre tristesse, notre incompréhension de ces derniers jours. D’où il se trouve, ne pensez-vous pas que Pierre-Yves souhaite que nous retrouvions la paix, la joie et… du zèle, beaucoup de zèle pour faire le bien autour de nous, continuer humblement notre chemin et annoncer inlassablement le règne qui vient.  « Reste avec nous Seigneur », en chaque messe tu demeures avec nous comme tu l’as promis et comme le croyait Pierre-Yves dans la célébration de l’eucharistie. Vous ses paroissiens, savez-vous combien un  pasteur lorsqu’il célèbre est uni d’une manière particulière avec Dieu mais aussi avec vous son troupeau…savez-vous combien un prêtre porte sur lui aussi les joies et les soucis de ceux qui lui sont confiés… « Oh, on est de bon soldats » disait parfois Pierre-Yves, mi- sérieux, mi- amusé. Son travail, ses efforts sur terre, il le savait,  préparaient aussi son entrée au ciel, et soutenait dans la communion des saints le plus fragile, le plus faible à côté de lui ou à l’autre bout du monde,  mais parfois quand même il était bien fatigué et bien soucieux.

« Bonum vinum laetificat cor hominisle bon vin réjouit le cœur de l’homme ». C’est un verset tiré du livre de l’Ecclésiaste. En Equipe de vie, c’est le 3e verset que nous avons choisi pour parler de Pierre-Yves…parce qu’il exprime toute la sympathie et j’allais dire la bonhommie au meilleur sens du terme qui se dégageait de notre frère. Dans son coffre de voiture, il y avait aussi toujours un béret ou une casquette qui trainaient, vissé de travers sur sa tête parfois, pour faire un  peu rebelle… Cette humanité on la perçoit bien lors du repas où  Jésus se fait reconnaître, à la fraction du pain… alors, pardonnez moi le raccourci, mais Pierre-Yves aimait bien se retrouver autour d’une bonne table…Vous ses proches, vous le savez bien, il aimait tellement les rencontres familiales, comme il y a peu de temps à la Toussaint. Il se savait aimé des siens et cela était d’un grand soutien, et comme il vous portait dans son cœur. Toute cette affection, il la retrouvait aussi parmi nombre de connaissances, d’amis qui sont là aujourd’hui aussi, tout cela était d’un grand réconfort dans sa vie, le soutenait et l’unifiait. On le sait bien, un prêtre isolé est un prêtre en danger. Tout cet amour, nous le croyons ne s’évanouit pas avec la mort de Pierre-Yves…tout cet amour, cette joie de vivre et de donner, ne doit pas être source de regrets ou de remords mais au contraire doit faire monter notre louange vers Dieu.

Frères et sœurs, vous le sentez dans mes paroles, la tristesse est là, les larmes, mais aussi une force qui vient de Dieu…que voulez-vous… la grâce de la résurrection agit ici et maintenant. Ouvrons nous à l’espérance, demeurons soudés à Jésus, réconfortons-nous les uns les autres et surtout croyons fermement que nous nous retrouverons à la table du  Seigneur et ce sera une joie, une joie immense.

Amen


NECROLOGIE (Source site du diocèse de Nantes)

Nous prierons particulièrement pour le Père Pierre-Yves lors des messes de 11H qui seront célébrées à Derval le 1er dimanche du mois.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.