En pèlerinage fraternel

Avec les paroisses voisines du doyenné de Châteaubriant, nous nous sommes engagés dans la proposition du pèlerinage diocésain de Nantes à Lourdes, du 20 au 24 avril prochains.

Un pèlerinage paroissial : nous avions plusieurs raisons d’en faire la proposition.

· Depuis plus d’un an déjà, et avec l’encouragement de notre évêque, notamment lors de sa visite pastorale d’avril dernier, nous approfondissons la dimension « famille » de nos paroisses et l’appel à croître en vie fraternelle. Nous vivons à une époque cruciale de nos paroisses qui vivent des mutations à rythme accéléré. Monseigneur James, écrivant à ses prêtres (en 2018), priait pour « que, dans l’Église qui est à Nantes, demeure l’amour Fraternel ! » Le pèlerinage est une démarche qui peut nous aider à enraciner profondément cet appel à la fraternité en Christ et nourrir notre espérance.

· Le Thème proposé par les sanctuaires pour 2020 est à cet égard d’une belle opportunité : « Je suis l’Immaculée Conception ». Dans ce « Je suis » de Marie, nous sommes nous-mêmes invités, chacun personnellement, à nous demander « qui nous sommes » et, avec Bernadette, nous demander quelles ont été dans notre vie les rencontres — les « visitations » — qui nous ont aidé à nous connaître, à nous aimer et à aimer. Qui suis-je, vraiment ? Quelle est ma vocation et la tienne ? Lourdes est un lieu propice à recevoir ces questions et nous aider, avec l’aide de la Vierge Marie et de Sainte Bernadette, à y répondre.

· Et puis, il y a un événement inattendu qui s’est surajouté : le départ de notre évêque et l’attente d’un nouveau successeur des apôtres en terre nantaise. Il n’est pas interdit de penser du reste que ce dernier sera des nôtres lors du pèlerinage. Pour le moins, nous sommes invités à prier, personnellement et en Diocèse, pour que ce nouveau Pasteur soit accueilli comme celui que le Seigneur nous envoie pour présider à la destinée de l’Église de Nantes dans les prochaines années.

Nous l’avons donc compris : cette proposition requiert l’attention de tous, notamment celle des familles, mais aussi des jeunes, des personnes malades… Cette diversité diocésaine du pèlerinage peut nous aider à faire grandir nos paroisses dans une fraternité plus intense et plus missionnaire. Dans une période où nous percevons que c’est là où il y aura des frères qui s’aiment et se soutiennent dans la foi (on peut ici penser spécialement aux « Équipes Fraternelles de Foi ») que se développeront la vie paroissiale et son rayonnement sur le monde. « Servons ensemble la fraternité ! » (Mgr James).

Père Rémy CROCHU

Les commentaires sont fermés.